Grambois

84240

Dans un cirque de collines, sur un piton rocheux entouré de vergers et de vignes, se dresse Grambois, village pittoresque et accueillant. Jadis fier guetteur militaire (Grambois est au XIVème siècle une des douze forteresses de Provence), commandant la vallée, à l’inverse, aujourd’hui, il est une crèche de Noël, pour qui l’aborde en paix. Son cachet, son authenticité, ses rues pavées et agréablement fleuries, ses vielles demeures vous enchanterons, tout comme elles ont enchantées le cinéaste Yves Robert qui a tourné ici plusieurs scènes de "La gloire de mon père" inspiré du roman de Marcel Pagnol.
Classé village fleuri.

Partant de la place de la Fontaine, ou se groupent la mairie, l’église et l’ancienne demeure seigneuriale dotée de sa tour d’angle ronde (XVIII ème siècle), le visiteur pourra découvrir au gré de sa promenade la porte Vérane (dite aussi « porte des remparts »), les voûtes du Passage des Templiers, surmonté de sa fenêtre géminée du XIV ème siècle, ou la maison Renaissance dite des « Hospitaliers » reconnaissable à son vestige de porche « en anse de panier à archivolte retournée ». Cette dernière demeure comporte en outre un remploi de médaillon représentant la Croix de Malte, emblème des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, qui eurent un établissement dans le terroir de Grambois.
De nombreux indices laissent à penser qu’au Moyen-Age , Grambois était une étape sur une des routes qui menaient les pèlerins en provenance des contrées hélvètes, savoyardes ou lombardes à St Jacques de Compostelle. L’Hôpital du village en aurait conservé le souvenir par le vocable sous lequel il fut placé jusqu’à la révolution, celui de « St-Jacques-et-Miséricorde ».

 Le château, qui est en fait une maison ancienne curiale transformée au XVIII ème siècle en un édifice plus noble.
Eglise paroissiale Notre Dame de Beauvoir
Fleuron du village, l’église fut, à sa fondation au XI ème siècle, un prieuré bénédictin dépendant de l’abbaye St André de Villeneuve-lez-Avignon. Aménagé et aggrandie jusqu’au XIVème, fortifiée au XVIème, elle a depuis sa restauration retrouvé l’éclat de ses origines. Campanile de 1870.
A ne pas manquer, la pièce maîtresse de sa décoration : le polyptique de Saint-Jean Baptiste (1519), œuvre typique de la peinture religieuse provençale du XVIème siècle.
La crèche de Grambois : Chaque année, à Noël, l’église de Grambois abrite l’une des plus belle crèches que l’on puisse admirer en Provence. Cette crèche unique offre en effet à voir autours des personnages traditionnels, les représentations d’habitants du village sous la forme de statuettes finement modelées, sculptées et habillées en costume d’époque. Elle est l’œuvre d’un artiste gramboisien, Pierre Graille, santonnier, sculpteur, faïencier, dont la renommée a déjà longtemps dépassé nos frontières.
L’Ermitage Saint Pancrace à environ 2 km de Grambois sur la D33 qui mène à Vitrolles, est une chapelle agrandie au XVII ème siècle. En 1912, George Dufrenoy, Emile Lombard et Pierre Girieud de l ‘Ecole fresquiste de Marseille, réalisèrent chacun une peinture d’inspiration religieuse sur les murs de la chapelle, en réintroduisant des fresques sur mortier frais, a l’instar des italiens de la Renaissance.