Saignon

84400

Saignon limitée au nord par le Calavon, au sud par le plateau des Claparèdes et les contreforts du Luberon, et traversée par un petit torrent, le Rimayon. Le village, situé à 4km d’Apt, domine la vallée, sur laquelle il semble monter la garde.

Il est construit sur un éperon rocheux autour de trois édifices : la chapelle castrale confondue avec le rocher qui est le signe d’identification du village, la tour de l’horloge et l’église.
L’histoire de l’occupation du territoire de Saignon débute au Paléolithique moyen (-200 000 ans, -35 000 ans). Dès l’antiquité le rocher de Saignon, d’une hauteur d’une trentaine de mètres, situé sur un promontoire, fut utilisé en tant qu’observatoire et a dû servir à l’émission de signaux. De cet emploi comme signal, Signum, a découlé le nom de Sagnio, étymologie la plus probable du nom actuel.
L’église romane Notre Dame ou Sainte Marie de Saignon, établie hors les murs, remarquable par ses proportions, fut dès le bas Moyen-Âge, un lieu privilégié de pèlerinage pour toute la Provence mais aussi pour tous ceux qui se rendaient à Rome en empruntant la Via Domitia et pour les pèlerins de l’Italie vers Saint-Jacques de Compostelle. Elle attire toujours de nombreux visiteurs.

La commune présente une activité artisanale diversifiée. Un important CAT, situé dans la vallée, offre de nombreux services (fromages de chèvre, produits artisanaux, entretien de jardins).
L’agriculture contribue à façonner les paysages (vignes, cerisiers, céréales, champs de lavande, chênes truffiers très soigneusement surveillés, …) Les miels présentent des saveurs multiples et les fromages de chèvre sont très recherchés. Un grand jardin écologique produit depuis 20 ans plusieurs centaines de végétaux rares.

Promenade dans le village
Tout commence avec l’accès au village qui offre des vues multiples et variées : impression de « monter au château » lorsqu’on arrive d’Apt par la route en lacets, vue splendide sur le village, la vallée, les Monts de Vaucluse et le Ventoux lorsqu’on arrive par la route d’Auribeau, ou par le plateau des Claparèdes en provenance de Bonnieux et de Lourmarin. La visite du village s’effectue à pied. L’église romane n’est pas ouverte en permanence, mais la grille permet une large vue de l’intérieur.
Descendre la rue principale du village et s’arrêter pour admirer la place de la Fontaine (fontaine à vasque et bassin, surmontée de deux statues allégoriques : l’agriculture et l’abondance par l’industrie, réalisées par le sculpteur aptésien Joseph Noël Elzéar Sollier qui fut un élève de David d’Angers). Admirer, en descendant la Tour de l’Horloge, construite en 1584. Gagner par les calades récemment restaurées la place du Vieux Moulin (ancien moulin à huile) et les vestiges des remparts. L’accès au rocher est clairement indiqué (suivre toujours le chemin qui monte). Soyez prudents au cours de l’ascension de l’escalier. Table d’orientation au sommet.
On peut aussi effectuer de nombreuses promenades à pied, à vélo ou à VTT, notamment en direction du plateau des Claparèdes et du massif du Luberon.